Patrimoine

LE PATRIMOINE DE LA COMMUNE

 

LA HERLIERE, Herlier, Herlière-lez-Bailleulval.

 

Le nom de La Herliére jadis Herlier est à traduire par Hérilis "Maison du Maître".

 

En 1188, le pape Clément confirma à l'abbaye de Mareuil, la dîme de ce village.
En 1192, Jean Aubry, seigneur du lieu; fit construire une chapelle à La Herlière.

 

Cette fondation fut autorisée par le Cardinal Julien,évêque d'Ostie.

 

Il y avait jadis trois seigneuries à La Herlière.
La principale en portait le nom; la deuxième s'appelait Montreuil; la troisième était au fief de Bassecourt, appartenant à un seigneur de ce nom.

 

Jean Capet était seigneur de Farnechon et de La Herlière, grand-bailly d'Oisy et homme d'armes de Philippe II, roi d'Espagne en 1619.

 

La seigneurie de La Herlière fut détachée de celle de Couturelle, par un sieur Boudart à qui elle appartenait.


Après être restée quelque temps la propriété de Moulart, elle fut achetée, en 1723, par Marguerite Delsaux, veuve d'Eugéne-François Dufour, pharmacien, à Arras.
Leur fils, Pierre-Ignace Dufour, chanoine d'Arras, succéda dans cette terre à sa mère, décédée en 1732.

 

Au mois de septembre de l'année suivante, cet ecclésiastique concéda un terrain situé vers La Cauchie, pour former un cimetière.

 

En 1735, il fonda en ce lieu une école pour les petites filles, dont il confia la direction à deux religieuses Franciscaines appartenant à la maison établie à Arras, par M.Hocédé, curé de Saint-Aubert.

 

En 1739, le même chanoine fit bâtir une chapelle sur la place de La Herliére.
L'ancienne fut vendue pour un usage profane au profit de la nouvelle, où furent transférés les restes des personnes enterrées dans la première.


Il y avait à La Herlière une confrérie du Saint-Sacrement; on y révérait les reliques de saint Maxime, martyr.


Elles étaient renfermées dans une châsse argentée : un capucin les avait apportées de Rome à un curé d'Armentières qui les donna ai chanione Dufour.

 

De ce village dépend la Bazéque qui est ferme bois et domaine au tire de comté, appartenant à la famille Imbert, qui avait entrée aux états d'Artois.
Elle est la propriété de M.le Comte de Diesbach.

La Bazéque dépendait autrefois de la paroisse de Bienvillers-au-Bois, et de pieuses traditions rapportent que saint Eton allait souvent de Bienvillers à la Bazéque.

 

Saint Etton faisait trois pauses ou stations, et le souvenir en fut conservé par trois croix érigées, l'une près de la ferme de la Bazèque (elle existe encore), la seconde sur l'ancienne chaussée d'Arras à Amiens, et la troisième au-delà d'Humbercamps.
La situation de cette ferme, prés de l'ancienne voie, peut faire croire que son nom vient de Bastaga.

 

Source : "Dictionnaire du Pas-de-Calais Historique et Archeologique du Département du Pas-de-Calais 1873"

 

1. L'EGLISE


Secours de Bailleulmont (détaché de cette paroisse en 1767). Annexe de Bavincourt en 1804.

 

La cloche qui se prénomme « Maria-Mélanie » a été bénite en 1790 et avait pour parrain et marraine dame Marie-Françoise-Mélanie Lefranc-Contay épouse de M.Lefranc ; Guilain Boulcecque, chevalier seigneur de la Comte, chevalier de l'ordre royal militaire de Saint-Louis, ancien capitaine au régiment de Navarre.

 

Elle fut classée Monument Historique en 1943 pour éviter d'être emportée par les allemands.

 

 

2. LE CHATEAU


On pense que la ferme de La Bazéque servait de maison forte.


Pas de présence de motte ou de fossés.


Il a été détruit par les allemands le 31 aôut 1944 et était situé côté route de la Cauchie à Gaudiempré.

 

 

 

3. LE MONUMENT AUX MORTS


Conflits commémorés :


1914-1918, 1939-1945

 

Texte de la dédicace :


Aux enfants de La Herlière
morts pour la patrie
la commune reconnaissante

 

 

4. LE CIMETIERE


La Herlière Communal Cemetery.
Dans le cimetière communal, on trouve les tombes de trois soldats anglais
(tombés en juin 1916, mai 1916 et mai 1940)

Histoire

L'ORIGINE DE LA COMMUNE

 

District en 1790 : Arras.

Canton : Pas.

Arrondissement : Arras.

Canton : Beaumetz-les-Loges.

Province : Artois.

Intendance : Lille(Amiens en 1754).

Subdélégation : Arras.

Régime Fiscal : Pays d'Etats.
Ni taille, ni gabelle, ni contrôle.

Juridiction : Conseil d'Artois.

Gouvernance : Arras.

Coutume : Artois.

Gouvernement : Artois ( Picardie et Artois en 1764).

Diocése : Arras.

Archidiaconé : Arras.

Doyenné : Pas (district de Beaumetz (1760),puis de Monchy-au-Bois (1778)).

Vocable : St Jean l'Evangéliste.

(paroisse créée en 1767 (et non en 1707 comme le dit De Loisne).
La H. n'avait auparavant qu'une chapelle vicariale dépendant de Bailleulmont).

Présentateur : Abbé de St-Vaast (alternativemùent avec l'abbé d'Anchin).

 

Source : "Paroisses et Communes de France du Pas-de-Calais TII 1975"

 

L'ORIGINE DU NOM

1315 – LE HERLIERE (Tassart de). – A.D.St-Vaast.
1327 – LE HELLIERE. – A.D.F d'Artois.
1429 – LE HERLIERE. – Id.
(ancien français harle,fossé, et suff. –ière)

 

On a cru voir dans ce nom le radical her , chef d'armée, ou herilis, de herus, ce qui appartient au maître.
Mais on n'a pas observé que l'r est le produit du rotacisme dans la forme Hellière, de même que la Berlière est pour la bellière, troupeau conduit par le bélier.

 

Pour cette raison il faut rejeter le radical saxon elr ou alr, nom de l'aune, qui, aprés métathèse, aurait fourni Harlebecque (Belgique) et Erlebach (Allemagne).
Repousser aussi le nom d'homme Heril, Hariolus, Harle, Herle, qui entre dans Herly, Herlies, Herlehem, Herlin.


La terminaison ière n'est significative de propriété après un nom d'homme qu'à une époque récente, dans la Guichardière, la Martinière, etc.
Le plus ordinairement elle désigne un lieu où abonde telle ou telle espèce de plantes, d'arbres, de minéraux, d'animaux


: la Cressonnière, la Sapinière, la Marnière, la Grenouillère.

Mais aucun nom de ce genre ne répond au radical de la Hellière, l'opinion la plus acceptable est celle qui traduit Hellière par Barrière, la situation du village sur la chaussée autorisant à supposer qu'il ya eu là une barrière de péage, ce que l'on appelait au moyen-âge une Helle.

 

Il n'était pas question dans les premiers siècles de la Herlière; le point populeux était la Bazéque, maintenant son hameau, seule mentionnée dans les chartes.

 

Ce n'est qu'en plein moyen-âge qu'on voit apparaître la Hellière dont la proximité de la voie avait fait un centre nouveau au détriment de l'ancien village.

 

Le nom a donc pu être emprunté au langage de cette époque.

 

Source :" Etudes sur les noms le lieu par L.Ricouart 1891"

 

PRESENTATION DE LA COMMUNE

 

La Herlière est un petit village français, situé dans le département du Pas-de-Calais et la région du Nord-Pas-de-Calais.

 

Les habitants se nomment les Herliérois et les Herliéroises.

 

La commune s'étend sur 5,4 km² et compte 162 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2011. Avec une densité de 28,3 habitants par km², La Herlière a connu une nette hausse de 20,5% de sa population par rapport à 1999.

 

En 2011, le maire de La Herlière se nomme Monsieur TRAISNEL Alain.

 

HERALDIQUE

 

Les armes de La Herliére se blasonnent ainsi:

"d'azur à la bande d'argent, chargée de trois flanchis écotés de gueules,
accompagnée de deux molettes de cinq rais aussi d'argent"